Il s’agit là de statuts bien différents.

En effet, un intérimaire est un travailleur temporaire, recruté pour palier à un poste vacant et pour une durée déterminée. Dans le cas d’un intérim, c’est l’agence d’intérim qui prospecte le poste et l’entreprise pour l’intérimaire. L’intérimaire perçoit son salaire de la société d’intérim. Un contrat lie donc l’entreprise pour laquelle l’intérimaire va travailler et la société d’intérim. Les négociations sont effectuées par l’agence d’intérim et non par le travailleur intérimaire. Ce dernier devra se conformer à des clauses qui auront été conclues entre les deux contractants sus mentionnés, mais qui engageront sa responsabilité, ses services ainsi que son temps.

Le portage salarial permet à un travailleur d’obtenir un statut de salarié en contrepartie d’une rémunération de la part de la société dite « de portage salarial » pour des services qu’il va effectuer pour le compte d’un client. Le futur porté intéressé par une mission signe avec la société de portage salarial un contrat de travail. Ce contrat fixe les modalités d’accueil de l’activité de l’intervenant dans la structure juridique de la société de portage. L’intervenant prospecte sa propre clientèle et négocie les termes de son intervention (contenu, planning, conditions financières, frais …).

Un contrat de prestation commerciale sera établi entre la société de portage et le client. L’établissement de la facture se fera entre ces deux acteurs. Le montant de ladite facture sera ensuite remis au porté sous forme de salaire moins les charges. Ainsi, le porté n’a plus à se soucier des démarches administratives : il peut se consacrer à l’exercice de son activité.

En résumé, le portage salarial se démarque très nettement de l’intérim sur deux points :

  • L’action commerciale est effectuée par l’intervenant et non par la société de portage.
  • Le salarié porté n’a aucun lien de subordination avec l’entreprise cliente.